MCT, lauréat de Parazic #1, prend son envol

Groupe de rap créé en 2010 par Gaspard et Tom, 18 ans, allias Perska et Sedi, MCT a remporté la première édition du tremplin musical Parazic en 2017. Rencontre un an après et retour sur ce qui a changé depuis cette victoire.

Depuis le tremplin 2017, la vie de MCT a connu quelques changements significatifs. Le groupe a continué de tracer sa route dans l’univers du rap, guidé par une volonté de fer et une envie sans failles. Et guidé aussi par les conseils dispensés par le jury de professionnels devant lesquels ils se sont produits il y a près d’un an, lors du tremplin Parazic, comme le souligne le couëronnais de l’histoire, Tom

le jury était composé d’une tourneuse, d’un journaliste, de musiciens… C’était une expérience très riche qui nous a permis d’évoluer. On nous a donné des conseils sur notre façon d’être présents sur la scène, notre respiration, notre façon de rapper ou encore les regards vers le public

Un premier pas dans l’univers professionnel

Côté nouveautés, Perska et Sedi ont été rejoints par un beatmaker, Matanza, il y a quelques mois. Et le duo devenu trio est également entouré d’Oscar, étudiant en droit, qui s’occupe de tout ce qui a trait aux démarches juridiques et administratives concernant l’association. Quant à Félix, étudiant en commerce, il est en charge du marketing.

Une équipe est en train de se composer

Depuis septembre 2017, le groupe possède aussi un studio d’enregistrement auto-financé. Un lieu pour travailler bien sûr, mais aussi se retrouver.

Si le tremplin 2017 leur a ouvert de nouveaux horizons ? « il nous a permis d’avoir des retours, toujours très enrichissants. Mais outre le fait de gagner, c’est surtout le fait d’être avec d’autres groupes, dont des professionnels, qui nous a fait faire un premier pas véritable dans l’univers de la musique pro. Aujourd’hui, j’ai décidé de m’investir exclusivement dans la musique et le groupe », souligne Sedi, dont les complices Perska et Matanza sont étudiants au conservatoire de Nantes, piano jazz pour l’un et piano classique pour l’autre.

Et côté projets ? Un clip toutes les trois semaines, car

la visibilité repose d’abord sur la régularité. C’est pourquoi on préfère attendre avant de sortir un EP, même si l’on a la matière. On veut prendre le temps, et on se donne 2 ou 3 ans pour percer et essayer de réussir

 

A découvrir : leur nouveau clip Cristal sorti le 27 février.